Bienvenue Arts Sciences Technologies Tutoriels Vrac  
  Astronomie Mathématique Physique Textes  
 
 

Groupe  :   Invité

les Sarto's > Bienvenue > Sciences > Univers > Avant le Big Bang
    Avant le Big Bang  
    Jean-François Duval - Migros Magazine 43 - 2010-10-25      
    Un livre cartonne actuellement en librairie  
    Il s'agit du Visage de Dieu, des frères Igôr et Grichka Bogdanov, ces médiatiques jumeaux au look d'extraterrestres. C'est un livre de grande vulgarisation scientifique, qui fait soit rigoler soit se fâcher très fort les vrais scientifiques. Le titre du bouquin est trompeur, aussi malin que les frères Bogdanov eux-mêmes, qui ont repris l'expression euphorique de l'astrophysicien George Smoot lorsqu'il a eu sous les yeux les photos des débuts de notre univers visible, prises par le satellite Cobe en 1992. "C'est comme de voir l'empreinte du créateur", s'était exclamé Smoot, emporté par son enthousiasme. Ce faisant, Smoot n'en disait pas plus que si vous et moi, contemplant aujourd'hui le merveilleux spectacle de la nature, nous nous exclamions : "Ah, il y a là comme un signe du visage de Dieu !"  
   

Que nous montrent en réalité les photos prises par Cobe ?

 
    Seulement un moment de l'histoire de l'univers - car l'univers , on le _sait depuis les années 1930, a une histoire, vieille de 13,7 milliards d'années. Certes, les photos en montrent un moment extraordinaire, survenu 380 000 ans après le Big Bang : la lumière s'est alors séparée de la matière dans laquelle les photons étaient jusque-là retenus par la force de la gravitation. La lumière fut et le cosmos devint visible. Rien à voir cependant avec un quelconque "commencement de l'univers", et encore moins avec "le visage de Dieu".  
   

Ce commencement de l'univers, le grand public a plutôt tendance

 
    à le placer au moment du Big Bang. Mais qu'est-ce que le Big Bang ? D'abord une commodité d'expression dont usa en 1949 l'astrophysicien Fred Hoyle lors d'une émission radio de la BBC pour se faire comprendre de ses auditeurs. Jusque-là, le Big Bang s'appelait "modèle d'évolution dynamique". On ne peut en dire que peu de choses. Pourquoi ? Parce que nos lois physiques n'y avaient pas encore cours; Ce qu'on croit savoir ? L'univers tout entier se résumait alors à un point incroyablement petit - des milliards de fois plus petit qu'une particule d'atome ! - mais d'une chaleur, d'une densité, d'une énergie telles que son explosion a "donné naissance"à l'univers que nous connaissons. Lequel, depuis, ne cesse d'être en expansion (l'espace s'étend, emportant avec lui les galaxies). Evidemment, l'esprit humain ne peut s'empêcher de se poser cette question : qu'y avait-il avant le Big Bang ? Le problème est que cette question est elle-même absurde, puisque c'est avec le Big Bang que sont nés l'espace et le temps. La notion d'un avant ne fait donc pas sens. Aujourd'hui, de multiples théories sur ce qui aurait précédé le Big Bang excluent un avant ou un après. Non, notre univers n'aurait pas jailli du Néant, d'un Vide ! Au contraire, et sans entrer dans le détail, pour ces théories (celle des supercordes, celle des branes, etc.), notre univers n'a pas été une création ex nihilo. Il a toujours existé. Au moment du Big Bang, l'univers n'aurait fait que "rebondir"sur lui-même, et le Big Bang ne serait qu'un moment de transition, d'une chaleur et d'une intensité extrême, entre deux phases distinctes d'un seul et même univers qui se contracterait et se dilaterait pour l'éternité.  
   

La théorie des branes (univers flottants) postule même l'existence d'une infinité

 
    d'univers aux lois physiques bien différentes du nôtre. "Si des univers ne cessent de naître tandis que d'autres agonisent ou disparaissent, ce qu'on appelle l'"origine"n'est plus que de l'ordre d'une routine sempiternelle", conclut un chercheur.  
    La vérité, nous ne la connaîtrons jamais. Nos approches scientifiques butent sur un mur postérieur au Big Bang (le mur de Planck) au-delà duquel nos observations et théories scientifiques ne valent plus un pet. Personnellement, cela me va très bien. Demandez-moi à quoi je crois, et je vous ré· pondrai saris risque de me tromper : je crois au mystère.  
       
  top Migros Magazine 43 - 2010-10-25