Bienvenue Arts Sciences Technologies Tutoriels Vrac  
  Expert Photoshop Archives  
 
 

Groupe  :   Invité

les Sarto's > Bienvenue > Tutoriels > Trucs & astuces > Les courbes créatives
 
    Les courbes créatives  
    noAuteur - Univers Macworld - 2000-02-01      
    Les courbes tonales sont une mine pour la recherche créative.  
    Elles permettent d'abord de corriger des clichés qui seraient inutilisables autrement. Elles ouvrent ensuite la porte à toutes les inventions. Nous donnons ici quelques exemples inspirés des techniques de laboratoire photo.  
    Si les LUT sont exploitables dans des conditions très variées, la plupart des améliorations ne demandent que des interventions limitées, Modification de densité, variation de contraste, correction de balance couleur sont vite réalisées de façon presque intuitive. Toutes ces opérations élémentaires peuvent être faites en une seule étape de réglage, même pour plusieurs actions simultanées. Avec les curseurs, il est souvent nécessaire d'intervenir à plusieurs reprises sur des paramètres différents, ce qui est long et malaisé. Par exemple, s'il faut corriger à la fois un défaut de contraste global et une bascule jaune-bleu dans une image, une seule intervention est requise, l'une sur la courbe globale, l'autre sur le tracé du bleu. Avec des curseurs, une telle intervention est tout simplement impossible.  
   

Un exemple de correction

 
    Nous montrons ici un exercice de correction par les courbes, réalisé avec une photo d'un village lorrain. Elle a été prise d'une voiture roulant sur l'autoroute à la tombée de la nuit, avec un appareil photographique numérique DCS 330. Pour ne pas avoir de flou de bougé, il a fallu utiliser un temps de pose court et pousser la sensibilité de l'appareil au maximum. Malgré cela, la photo est sous-exposée. Pourtant, c'est elle que nous voulions utiliser pour réaliser la carte de voeux de l'an. Toutes les interventions ont été faites avec les courbes tonales. Le contraste global a été corrigé à l'aide de la courbe RVB. Pour conserver du détail dans le ciel et dans la neige d'avant-plan, tout en ayant des traits marqués dans les maisons du village, il a fallu utiliser une forme assez tarabiscotée. Dans la même intervention, les courbes du bleu, du vert et du rouge ont été ajustées pour corriger les défauts de couleur : balance et bascules, cela a permis de supprimer la dominante bleue-cyan - due à la température de couleur très élevée de la fin du jour -, tout en faisant ressortir les nuances colorées que le soleil couchant avait laissées dans les nuages, Un autre traitement a été appliqué au ciel seul, afin de mieux mettre en évidence les nuages. Pour cela, une sélection à contour progressif a été réalisée puis une autre correction tonale va été appliquée. On a profité de l' existence de cette sélection pour descendre les nuages afin de respecter un cadrage plus allongé convenant mieux à la destination finale de l'image. Enfin, le texte a été ajouté. Lui aussi a subi quelques bricolages mais c'est une autre histoire.  
   
 
   

Cette photo a bien besoin d'un petit traitement par les courbes. Elle a été prise dans des conditions difficiles (tombée du Jour, véhicule en mouvement) avec un appareil numérique Kodak DCS 330. Pour l'améliorer, il a fallu utiliser les quatre courbes reproduites ci-dessus. La première montre l'action sur le contraste global avec un profil assez tourmenté. C'est lui qui a permis d'éclaircir suffisamment l'ensemble, et particulièrement le ciel et la neige d'avant-plan. Les courbes couleur corrigent les défauts dus à la sous-exposition et à l'excès de bleu-cyan dans la lumière (température de couleur élevée). Une correction particulière a été appliquée dans le haut du ciel. Il a été sélectionné avec un contour progressif puis il a été modifié avec une courbe de correction de contraste pour rendre les nuages plus visibles. On a profité de la manoeuvre pour descendre ces nuages et recadrer l'image dans un format mieux adapté à sa destination finale : une carte de voeux.

 
   

Des applications créatives

 
    Les courbes peuvent servir non seulement à corriger les défauts des clichés, mais aussi à provoquer des réalisations créatives variant à l'infini. Beaucoup de ces effets peuvent être obtenus par le jeu des filtres, dans une application de traitement d'image. Mais, en utilisant les courbes tonales, l'utilisateur maîtrise mieux le résultat. Il est en mesure de le modifier pour parvenir progressivement à l'aboutissement qu'il souhaite. Nous donnons ici quelques exemples correspondant à des techniques photographiques bien connues.  
    Le profil en escalier donné à une courbe tonale (ci-dessous) produit l'équivalent d'une isohélie (ou séparation de tons). Un tel procédé est utilisé depuis longtemps pour obtenir un effet créatif en photo argentique. La production d'un tirage de ce type, en laboratoire, est particulièrement complexe. L'action sur la courbe donne un résultat immédiat et facilement maîtrisable.  
   
 
    Cas extrême de l'isohélie, l'effet lith est atteint par le maintien sur la courbe de seulement deux niveaux d'intensité reliés par une verticale (ci-dessous). On l'obtient en laboratoire par le tirage d'un négatif sur un film spécial (film Iith) très contrasté et qui demande un révélateur adapté.  
   
 
   

Cas extrême de la séparation de ton, l'effet lith ne conserve que deux niveaux de densité.

 
    Autre technique difficile à contrôler en laboratoire, la pseudo-solarisation (ou effet Sabatier). Elle s'obtient en allumant une lumière (colorée ou non) pendant un court instant lors du développement d'une surface sensible. La maîtrise d'une telle manipulation est terriblement aléatoire. Et très simple en numérique en jouant sur la courbe de transfert. La pseudo-solarisation se manifeste sur un tirage par l'apparition de liserés à la séparation de deux niveaux de densité. On obtient numériquement le même effet en produisant une LUT avec plusieurs inversions de sens (profil de montagne russe, plus ou moins anguleux, figure ci-dessous). En choisissant judicieusement la position des sommets et l'amplitude des "vagues", on peut faire évoluer le résultat jusqu'à obtenir exactement l'effet souhaité.  
   
 
   

Le numérique permet de simuler très facilement une pseudo-solarisation. Un procédé très difficile à contrôler en photographie argentique.

 
    Bref, le recours aux courbes tonales est efficace dans la production d'images équilibrées et parfaitement corrigées. C'est aussi la porte ouverte sur la créativité numérique, en se référant à la culture photographique ou en lançant des explorations plus novatrices. L'accès à un passe-temps passionnant.  
       
  top Univers Macworld - 2000-02-01