Bienvenue Arts Sciences Technologies Tutoriels Vrac  
  Humour Presse Voyages  
 
 

Groupe  :   Invité

les Sarto's > Bienvenue > Vrac > Société > Les réponses que vous attendez aux questions que vous ne vous êtes jamais posées
    Les réponses que vous attendez aux questions que vous ne vous êtes jamais posées  
    noAuteur - Choc no.152 - 2012-02-01      
    Pourquoi dit-on 'Merde' à quelqu'un pour lui souhaiter bonne chance ?
Pourquoi les 'trois coups' ?
Pourquoi y a-t-il un entracte ?
 
    Pourquoi dit-on 'Merde' à quelqu'un pour lui souhaiter bonne chance ?  
    A la fin du XIXe siècle, les aristocrates se rendaient au théâtre en calèche. Les chevaux stationnés devant les établissements faisaient leurs besoins sur la chaussée. Impossible aux spectateurs qui se rendaient à la représentation de les éviter. Plus il y avait de public, plus la moquette de l'établissement était souillée. La 'merde' était alors synonyme de succès !  
    Pourquoi les 'trois coups' ?  
    La signification des trois coups frappés au début d'une pièce par le régisseur à l'aide d'un bâton appelé 'brigadier' fait l'objet de plusieurs thèses. Selon l'une d'entre elles, ils représentent trois saluts : au roi, à la reine et au public. D'autres évoquent la sainte Trinité : le père, le fils et le Saint-Esprit, ou encore les règles d'unité d'actions, de temps et de lieu du théâtre classique. Quoi qu'il en soit, il servent surtout à mettre fin au brouhaha de la salle pour laisser place au jeu des acteurs. Aujourd'hui, ils sont peu à peu abandonnés, remplacés par l'extinction des lumières.  
    Pourquoi y a-t-il un entracte ?  
    Tradition issue des 'entremets' du Moyen-Age, où l'on divertissait les convives entre deux plats, l'entracte a surtout une utilité pratique. Avant l'invention de l'ampoule électrique, il fut un temps où les salles étaient éclairées à la bougie. L'entracte permettait de remplacer les chandelles éteintes et d'évacuer leur fumée âcre pendant que les spectateurs allaient prendre une collation tout en commentant le spectacle.  
       
  top Choc no.152 - 2012-02-01