Bienvenue Arts Sciences Technologies Tutoriels Vrac  
  Astronomie Mathématique Physique Textes  
 
 

Groupe  :   Invité

les Sarto's > Bienvenue > Sciences > Astres > De l'eau 'terrestre' sur une comète !
    De l'eau 'terrestre' sur une comète !  
    noAuteur - Science Magazine no. 33 - 2012-03-01      
    Une équipe internationale de chercheurs annonce avoir découvert la première comète - 103P/Hartley 2 - qui renferme une eau similaire à celle des océans terrestres.
Ce résultat relance le débat à propos de l'origine de l'eau sur la planète bleue. Certains petits corps glacés du Système solaire pourraient bien avoir joué un rôle d'apport céleste.
 
    D'où vient l'eau des océans ? La question taraude les scientifiques depuis des décennies. Ils penchent aujourd'hui unanimement en faveur d'une origine extraterrestre de l'eau qui couvre les deux tiers du globe. La Terre était sèche et chaude à l'origine. La molécule d'eau y aurait, ensuite, été appor¬tée par le bombardement de corps célestes. Comment ? Et par quel type d'objets : météorites, asté¬roïdes, comètes ? C'est tout l'enjeu du débat que viennent enrichir les dernières données d'observa¬tion de la comète Hartley 2, obte¬nues par le télescope spatial infrarouge européen Herschel. Ce résultat provient d'une étude me¬née en ondes submillimétriques, inobservables depuis le sol. L'équipe internationale, qui inclut des chercheurs du Laboratoire d'Etudes Spatiales et d'Instrumentation en Astrophysique LESIA, a détecté pour la première fois l'eau mi-lourde HDO, forme particulière de l'eau H20, au sein d'une comète issue de la ceinture de Kuiper, vaste réservoir d'objets glacés qui s'étend à grande distance du Soleil, au-delà de Neptune.  
    Un bon outil de diagnostic phy¬sico-chimique ici est le rapport relatif entre les abondances de deux molécules : l'eau ordinaire H20 (deux atomes d'hydrogène et un atome d'oxygène) et l'eau mi-lourde HDO où un atome de deutérium (deux fois plus lourd) remplace un hydrogène. Dans les océans, le rapport deutérium à hydrogène D/H vaut environ 0,0156 % : un chiffre similaire à celui trouvé dans les mé¬téorites issues de la ceinture des astéroïdes entre Mars et Jupiter. Dans les six comètes étudiées jusque-là, dont les célèbres Halley et Hale-Bopp, le rapport apparaît deux fois supérieur à celui trouvé sur Terre. Ceci semblait identifier les astéroïdes comme la principale source de l'eau terrestre. Les comètes n'auraient pas contribué pour plus de 10 %.  
    La nouvelle étude ramène pourtant ces dernières sur le devant de la scène : les comètes auraient bel et bien pu contribuer à l'eau terrestre. Hartley 2 découverte en 1986 est réapparue dans le ciel à quatre reprises depuis. Sa dernière incursion est in¬tervenue en 2010. Le 20 octobre, elle est passée au plus près de la Terre, à 16 millions de kilomètres. Le télescope Herschel a ainsi pu la scruter le 17 novembre à l'aide du spectromètre Heterodyne Ins¬trument for Far Infrared HIFI, meilleur instrument actuellement disponible pour détecter l'eau dans l'es-pace. Le rapport deutérium/hydrogène relevé est de 0,016%. Une valeur semblable à celle des océans.  
    Ce résultat inattendu reflète sans doute la provenance spé¬cifique de la comète Hartley 2 qui revient aujourd'hui tous les six ans près du Soleil : très probablement née au sein de la ceinture de Kuiper, au-delà de Neptune, elle a pu en être éjectée il y a quelques dizaines à centaines de milliers d1an¬nées. D'où sa composition différente. De leur côté, les six comètes précédemment étu¬diées se seraient formées près des planètes géantes du Système solaire. Leurs orbites perturbées les ont, ensuite, conduites à rejoindre le nuage de Oort, à plusieurs dizaines de milliers de fois la distance Terre-Soleil, ou plusieurs centaines de milliards de kilomètres du Soleil.  
    Le réservoir de petits corps présentant une eau semblable à celle de la Terre s'avère, en définitive, plus grand que prévu : il s'étend bien au-delà de la ceinture des astéroïdes, entre Mars et Jupiter, et irait jusqu'à la ceinture comé-taire de Kuiper, au-delà de Neptune.  
    L'eau des océans pourrait avoir été apportée jadis par une pluie d'icebergs cosmiques !  
       
  top Science Magazine no. 33 - 2012-03-01