Bienvenue Arts Sciences Technologies Tutoriels Vrac  
  Astronomie Mathématique Physique Textes  
 
 

Groupe  :   Invité

les Sarto's > Bienvenue > Sciences > Astronomie > Couac autour de la matière noire
 
    Couac autour de la matière noire  
    noAuteur - Ciel & Espace, no 506 - 2012-07-01      
    La passe d'armes aura été brève mais vive.  
    Et au final, l'hypothèse de la matière noire tout comme celle de Mond en sortent renforcées. Le 17 avril, l'astronome Christian Moni-Bidin et son équipe publient sur Internet un court article qui détonne.  
    Son titre, « Pas de preuve de matière noire dans le voisinage solaire », annonce d'emblée un résultat qui s'oppose à tous les précédents. C'est en étudiant le mouvement de 412 étoiles proches, dispersées jusqu'à 12’000 années-lumière du plan de la Voie lactée, que les astronomes ont conclu que notre environnement était dépourvu de matière noire. Même si le résultat ne signifie pas que celle-ci n'existe pas (il peut tout de même y en avoir ailleurs dans la Galaxie), il jette un pavé dans la mare. Si la matière noire est absente de notre voisinage, toutes les expériences qui tentent de la découvrir dans nos laboratoires terrestres ou sur orbite sont vouées à l'échec ! Un mois plus tard, deux chercheurs américains du prestigieux Institute for Advanced Study (Princeton), Jo Bovy et Scott Tremaine, contre-attaquent : l'une des hypothèses de travail de Christian Moni-Bidin et de son équipe est tout simplement fausse. Contrairement à ce qu'ils avaient écrit, la vitesse tangentielle des étoiles n'est pas indépendante de leur distance au centre de la Galaxie. C'est pour cela qu'ils ne détectent pas l'influence gravitationnelle de la matière noire…  
   

La matière noire dans la Galaxie est trahie uniquement par son effet gravitationnel. Mais cet effet pourrait tout aussi bien s'expliquer par une modification de la loi de la gravitation.

 
    Alors… il y aurait bien de la matière noire dans la Voie lactée ? « Le travail de Jo Bovy et de Scott Tremaine conforte l'hypothèse de la matière noire, mais aussi celle de Mond », souligne Benoît Famaey (observatoire de Strasbourg). En réutilisant les données observationnelles de Moni-Bidin, les deux Américains calculent en effet une densité locale de matière noire en parfait accord avec les estimations théoriques. Mais le surplus de force gravitationnelle que celle-ci est censée exercer s'explique presque mieux si on accepte la modification de la loi de gravitation proposée par Mond ! Autrement dit, les astronomes sont une fois de plus confrontés à des observations qui s'expliquent par deux théories inconciliables... Comment trancher ? Le fait que Mond n'arrive pas à expliquer facilement le mouvement des galaxies dans les amas fait pencher la balance en faveur de la matière noire. Mais pour en avoir le cœur net, « il faudrait la découvrir pour de bon, en laboratoire », reprend Benoît Famaey. Dans l'hypothèse où celle-ci demeurerait insaisissable, nous pourrions rester encore longtemps avec nos interrogations.  
   

Nuage interstellaire dans la constellation de Persée.

 
   

 

 
Matière noire   La matière noire est une substance de nature inconnue qui ne se trahit que par ses effets gravitationnels sur la structure de l'Univers tout comme sur le mouvement des étoiles. Elle serait composée de particules d'un genre nouveau, prédites par les théoriciens mais jamais observées jusqu’ici.  
Mond   La théorie Mond (pour Modified Newtonian Dynamics) est une modification de la loi de gravitation, imaginée en 1983 pour expliquer le fait que les étoiles tournent plus vite qu'elles ne le devraient dans les galaxies. Mond suppose un surplus de gravitation à basse intensité.  
   

 

 
       
  top Ciel & Espace, no 506 - 2012-07-01