Bienvenue Arts Sciences Technologies Tutoriels Vrac  
  Astronomie Mathématique Physique Textes  
 
 

Groupe  :   Invité

les Sarto's > Bienvenue > Sciences > Astronomie > Une nouvelle comète dans le ciel
 
    Une nouvelle comète dans le ciel  
    noAuteur - Science et astronomie, no. 3 - 2012-12-01      
    La découverte est assez rare pour avoir fait les choux gras de la presse spécialisée.
Mais son passage dans notre ciel devrait faire de la comète Panstarrs LA vedette des actualités astronomiques en ce début d'année.
 
    Si tout se passe comme prévu, elle nous offrira en mars un spectacle unique !  
   

La visibilité de cette comète, dont la composition reste encore indéterminée, sera la grande surprise de ce printemps 2013

 
    Fini, les noms de corps célestes aux consonances poétiques : les mythologies ont épuisé leur stock de divinités, et les découvreurs de planètes sont de simples individus équipés d'une lunette astronomique. Désormais regroupés en équipes de chercheurs, telles des brigades, les astronomes de plus en plus spécialisés travaillent à plusieurs pour dénicher les prochains objets qui nous feront rêver. Parmi ceux-ci, la comète C/2011 L4, identifiée par les astronomes aux commandes du télescope Pan-STARRS (pour Panoramie Survey Telescope and Rapid Response System) situé à Hawaï. La comète a naturellement hérité du nom de l'appareil qui a permis sa mise au jour en juin 2011. Pour les experts, elle garde son nom scientifique, mais pour le grand public, elle porte le nom de Panstarrs, plus facile à retenir et à prononcer !  
   

Aux origines de la découverte

 
    Le télescope Pan-STARRS est un projet pharaonique développé depuis 2008 par un consortium d'universités et de centres de recherche. Conçu pour la surveillance des astéroïdes en provenance du fond de l'Univers, son but principal est de prévenir un impact à la surface de notre planète. Pour cela, quatre télescopes cartographient le ciel à l'aide de capteurs GGO (charge-coupled device, que l'on traduit par «dispositif à transfert de charge») : leur résolution est de 1,4 milliard de pixels, soit deux cents fois plus qu'un appareil photo numérique classique ! En additionnant les clichés pris par les quatre télescopes, les chercheurs obtiennent les photos les plus exactes prises à la surface de la Terre, avec un minimum de «bruit» à l'image. À ce jour, ce projet a permis de constituer la plus grande base de données d'objets dans le ciel profond.  
   

D'où vient cette comète ?

 
    La comète C/2011 L4 a été détectée lorsqu'elle était située à environ 1,2 milliard de kilomètres du Soleil, au-delà de l'orbite de Jupiter. C'est une comète dite "non périodique", c'est-à-dire qu'elle ne suit pas une trajectoire orbitale mais hyperbolique : après son passage près du Soleil, elle poursuivra sa course dans l'espace sans jamais revenir. Si son origine reste aujourd'hui à déterminer avec certitude, les astronomes de l'équipe Pan-STARRS estiment qu'elle provient du Nuage de Oort, comme la plupart des objets célestes de ce type, d'où eUe est partie il y a plusieurs millions d'années. Aux frontières du Système solaire, cette gigantesque zone est un vestige du disque protoplanétaire qui s'est formé autour du Soleil après sa naissance. Il contient des milliards de comètes et autres corps composés de glace, de roches, de poussières et de gaz comme le méthane.  
   

Aujourd'hui, il est certain que la comète Panstarrs n'est pas une menace pour la Terre

 
   

Un passage sous haute surveillance

 
    La survenue d'un tel objet céleste est une aubaine pour la science : grâce aux équipements d'observation dont la communauté scientifique dispose, le corps et la queue de la comète vont pouvoir être étudiés dans les moindres détails. Leur analyse permettra d'approfondir nos connaissances sur l'origine du Système solaire et la formation des planètes. Aujourd'hui, il est certain que la comète Panstarrs n'est pas une menace pour la Terre : sa trajectoire va la mener au plus près du Soleil, sans impact avec les plus importants corps célestes du système solaire. La comète sera au plus près de la Terre le 5 mars 2013 et son périhélie, le point où elle sera au plus près de notre étoile, est annoncé pour le 10 mars, à une distance équivalente à celle qui sépare Mercure du Soleil. C'est à ce moment que la comète devrait être la plus visible: la chaleur du Soleil va provoquer le phénomène de sublimation (passage de l'état solide à l'état gazeux sans formation de liquide), qui crée une queue possiblement lumineuse. Puisque sa composition est inconnue, il est impossible d'affirmer que sa présence dans notre ciel sera détectable à l'œil nu.  
   

Comète à l'approche

 
    On en sait toutefois suffisamment sur la comète Panstarrs pour l'observer au télescope. Les astronomes amateurs se régalent en la contemplant depuis l'été 2012 : elle s'approche inexorablement de notre planète. Probablement aussi lumineuse que les étoiles Vega ou Arcturus, elle sera visible dans la constellation des Poissons au mois de mars 2013, avant de s'éloigner de nous définitivement. Sous les latitudes européennes, son observation reste tributaire de la brillance de sa queue : très basse sur l'horizon, sa présence pourrait être bouchée par la luminosité ambiante. Il ne reste plus qu'à compter sur une bonne étoile pour faire de cette visiteuse une "star" aux yeux de tous !  
   

Fiche technique

 
   
  • Dénomination scientifique : C/2011 L4.
  • Autre nom : Panstarrs.
  • Type : comète non périodique à trajectoire hyperbolique.
  • Date de découverte : 6 juin 2011 par le télescope Pan-STARRS 1 à Haleakala (Hawaï).
  • Origine : probablement le Nuage de Oort.
  • Composition : inconnue.
  • Période orbitale : estimée à 110'000 ans.
  • Périhélie : 10 mars 2013.
  • Magnitude maximale estimée : -0,5 entre le 8 et le 12 mars 2013.
  • Observation : à son périhélie, elle sera visible aux observateurs placés dans l'hémisphère Sud ou près de l'équateur. Pour l'hémisphère Nord, il faudra attendre le mois d'avril.
 
   

 

 
       
  top Science et astronomie, no. 3 - 2012-12-01