Bienvenue Arts Sciences Technologies Tutoriels Vrac  
  Astronomie Mathématique Physique Textes  
 
 

Groupe  :   Invité

les Sarto's > Bienvenue > Sciences > Terre > Naissance de la Lune : la collision idéale
 
    Naissance de la Lune : la collision idéale  
    noAuteur - Ciel & Espace no.509 - 2012-10-01      
    Et si le planétoïde qui a très probablement percuté la Terre voici 4,53 milliards d'années n'était pas celui que l'on croyait ?  
    Des débris de cette collision serait née la Lune. Or, ce scénario, aujourd'hui largement admis, souffrait toujours de quelques faiblesses. Pour tenter de les résoudre, l'équipe d'Andreas Reufer (université de Berne, Suisse) a fait varier les paramètres du choc survenu entre la Terre et un corps dont la taille était jusque-là estimée à celle de Mars.  
   
 
    Résultat : le 22 juillet, les chercheurs ont rendu publique une version sensiblement corrigée du cataclysme. Dans leur nouveau scénario, Théla est deux fois plus massive que Mars et serait arrivée plus vite et sous un angle plus rasant. Comme dans la théorie initiale, le choc aurait éjecté de la matière, qui aurait rapidement formé un anneau autour de la Terre. Sauf qu'avec les nouveaux paramètres, cet anneau est composé presque uniquement de fragments du manteau terrestre, et non de 60% de débris terrestres et de 40% de vestiges de Théia, comme auparavant.  
    Voilà qui explique enfin pourquoi la Lune, née de l'agglomération de ces débris, affiche une composition similaire à celle de la Terre. Cette similarité était déjà soupçonnée depuis 2001, suite à l'analyse du rapport isotopique de l'oxygène dans les roches lunaires rapportées par les missions Apollo. Publiée par l'équipe d'Uwe Wiechert, géochimiste de l'université de Berlin, l'étude avait créé la surprise : une valeur quasi identique à celle mesurée sur Terre indiquait une origine commune. Mais une contamination de l'oxygène lunaire par des apports gazeux venus de la Terre était toujours possible… C'était sans compter sur la publication, en mars 2012, d'une autre équipe de géochimistes dirigée par Junjun Zhang. de l'université de Chicago. Détaillant cette fois le rapport isotopique du titane mesuré sur des roches lunaires, son verdict est sans appel : la Lune a bien la même composition chimique primitive que la Terre. Plus question de s'abriter derrière une éventuelle contamination : le titane est bien moins volatil que l'oxygène. Enfin, le modèle proposé par Andreas Reufer rend mieux compte de la très haute température nécessaire à la formation du disque d'accrétion que le précédent scénario.  
En chiffres   9h36 min
Ce serait la durée du jour terrestre si la lune ne s'était pas formée.
 
Lexique   Rapport isotopique
Un élément chimique peut exister sous plusieurs variantes, ou isotopes, qui diffèrent par le nombre de neutrons présents dans le noyau atomique. Un rapport isotopique identique pour un élément donné est l'indice fort d'une origine commune entre deux corps du Système solaire.
 
    Théia
Dans la mythologie grecque, Théia est la mère de Séléné, la déesse de la Lune. Ce nom a été proposé par le géochimiste anglais Alex Halliday en 2000 pour baptiser la planète de formation (protoplanète) qui aurait heurté la jeune Terre.
 
    Le scénario décrivant l'impact géant à l'origine de la Lune s'enrichit de nouveaux éléments. Le corps qui aurait percuté la jeune Terre serait bien plus gros et plus rapide qu'on ne le croyait. Du coup, son incidence rasante aurait éjecté dans l'espace des matériaux issus principalement du manteau terrestre.  
   
 
       
  top Ciel & Espace no.509 - 2012-10-01