Bienvenue Arts Sciences Technologies Tutoriels Vrac  
  Expert Photoshop Archives  
 
 

Groupe  :   Invité

les Sarto's > Bienvenue > Tutoriels > Trucs & astuces > Le secrets des calques et modes de fusion
 
    Le secrets des calques et modes de fusion  
    Philippe Durand - Réponses Photo, no.262 - 2014-01-01      
    Sans les calques, Photoshop ne serait pas l'outil puissant et universel qu'il est, et on a du mal à se rappeler que ses premières versions n'en proposaient pas. Il n'en a d'ailleurs plus l'exclusivité.  
    Les calques permettent des combinaisons de retouches très puissantes grâce aux modes de fusion qui mixent les pixels en fonction de leur luminosité ou de leur couleur. Certaines zones de la photo peuvent être isolées pour recevoir un traitement spécifique. Le prix à payer pour cette puissance est une relative complexité, et les utilisateurs sont souvent déroutés devant autant d'options. Révisons donc les notions de base sur les calques, il suffira ensuite de se lancer pour effectuer quelques retouches de base et acquérir petit à petit plus d'expertise dons leur maniement.  
   

Ne pas confondre : calques et couches

 
    En anglais, les "calques" sont traduits par "layer", un mot qui signifie en fait "couches". Mais, en français, dans Photoshop, "couches" correspond à ce qui est appelé dans la version anglaise "channels", soit "canaux". Comme on trouve sur le net pas mal de tutoriaux en anglais, ce vocabulaire peut prêter à confusion, d'autant plus que les concepts ne sont déjà pas si simples ! On récapitule.  
    Les calques/layers sont comme les feuilles d'un bloc à dessin, dont certaines seraient opaques, ou en papier-calque, ou en acétate très transparentes, ou même avec des formes découpées. Quand on regarde le haut du bloc, on voit l'image finale, formée par la combinaison de ces éléments plus ou moins visibles selon leur nature et leur opacité. Il existe d'autres types de calques comme les calques de réglages qui se comporte de la même manière.  
   
 
    Les couches/channels sont des images en niveau de gris qui stockent chacune une partie de l'information sur l'image finale. Le mode colorimétrique détermine le nombre de couches créées. Par exemple, une image en RVB sera composée de trois couches : Rouge, Vert, Bleu. Une image en CMJN préparée pour l'impression d'un magazine sera formée de quatre couches : Cyan, Magenta, Jaune et Noir. Une image en Lab sera composée d'une couche correspondant à la luminosité de l'image et de deux autres pour les valeurs de couleur. Il existe d'autres types de couches comme les masques (dites couches Alpha), ici matérialisée en rouge.  
   
 
    En pratique, au début on ne se préoccupe pas des couches. Celles-ci deviennent utiles dans un usage avancé du logiciel, quand on voudra par exemple extraire la touche bleue pour n'appliquer une réduction de bruit que sur celle-ci, en conservant la rouge et la verte intacte. Ou n'appliquer le renforcement de la netteté que sur la couche luminosité en mode Lab.  
   

Le panneau de calques de Photoshop

 
    Des divers logiciels proposant le travail avec des calques, Photoshop offre les options les plus complètes. Détaillons celles de Photoshop CC, sachant que les icônes et termes des autres logiciels, ou de versions plus anciennes de Photoshop sont peu ou prou les mêmes.  
   
 
1.   Arrière-plan : c'est un calque qui est la base de l'image, en général la photo qu'on a ouverte. Il est verrouillé par défaut et ne peut contenir de transparence, sauf à cliquer sur le cadenas et ainsi le convertir en calque classique.  
2.   Chaque tranche du mille-feuille est un calque, qui s'empile sur le précédent. On peut réorganiser l'ordre des calques en glissant simplement un calque â son nouvel emplacement.  
3.   Un masque de fusion peut être appliqué sur un calque. La partie masquée sera simplement ignorée, comme si vous découpiez au ciseau autour d'un motif. Si des parties du masque sont peintes en gris, elles seront partiellement opaques; plus le gris sera clair, plus la partie correspondante sera visible.  
4.   Des calques peuvent être groupés dans des dossiers. On peut à leur tour leur appliquer des caractéristiques propres comme leur opacité ou leur mode de fusion.  
5.   Les calques peuvent avoir des parties transparentes, symbolisées par un échiquier gris.  
6.   Chaque calque peut être neutralisé en cliquant sur l'oeil. Pour aider le repérage, on peut donner des couleurs à ces cases.  
7.   Les calques ne sont pas nécessairement des images. Ici un calque de réglage va modifier la luminosité et le contraste des calques inférieurs.  
8.   Pour éviter les erreurs de manipulation on peut verrouiller un calque avec différentes options, de gauche à droite : ne pas toucher les zones transparentes, protéger les pixels, ne pas déplacer le calque, tout verrouiller.  
9.   Réglage de la transparence du calque. Un calque avec une opacité de 1% ne sera pratiquement pas visible; à 100% il cachera tous les calques inférieurs. L'opacité du fond est surtout utile pour les graphistes car il affecte seulement l'image et non les effets de calques comme les ombres portées.  
10.   Mode de fusion : c'est la recette qui sera appliquée pour mélanger les pixels du calque à ceux des calques inférieurs.  
11.   Ce menu et ces icônes donnent la possibilité de n'afficher que les calques d'un certain type : images, réglages. typographie, etc. Pratique pour retrouver ses petits dans les montages complexes.  
12.   Outil pour lier plusieurs calques afin, par exemple, de les déplacer ensemble.  
13.   Ajoute un style de calque, peu utile pour les photographes, sauf pour les options de fusion.  
14.   Ajoute un masque au calque sélectionné.  
15.   Crée un nouveau calque de réglage.  
16.   Crée un groupe de calques.  
17.   Crée un calque vierge.  
18.   Supprime les calques sélectionnés.  
19.   Menu déroulant avec des fonctions qui dupliquent les icônes du panneau, d'autres plus avancées et options de présentation du panneau.  
   

Les modes de fusion

 
    Le mode de fusion choisi va indiquer la manière dont les pixels de la couche se mélangent aux pixels des calques inférieurs. Il en existe toute une palette (27 !), mais bon nombre sont sans grand intérêt pour le photographe - Photoshop est un outil utilisé également par les graphistes, architectes, scientifiques et ingénieurs. Voici ceux qu'il faut connaitre. lci, nous avons deux photos : des flacons de parfum et l'Etna.  
   
 
   
 
Normal   On ne voit que la photo du dessus, sauf si on modifie l'opacité, ici à 70%. On obtient un effet de transparence.  
   
 
Obscurcir   La couleur du calque supérieur n'est retenue que si elle est plus foncée que celle dessous. La montagne est visible, ainsi que le bleu du ciel sur les zones plus claires de la boîte de parfum. Les étiquettes noires du parfum ont la même densité que l'original.  
   
 
Produit   Les habitués de l'argentique reconnaîtront l'effet sandwich de superposition de deux diapos. Les pixels sont multipliés pour obtenir une image plus sombre.  
   
 
Eclaircir   Seules les parties les plus claires du calque supérieur sont montrées. On distingue bien la tablette des parfums à la place du volcan, la fumée claire est en revanche visible. Il y a une fusion du ciel bleu et du jaune, qui virent au rose, car leur luminosité est équivalente.  
   
 
Superposition   Photoshop multiple l'inverse des couleurs de chaque calque. On obtient une image plus claire, comme si on projetait sur le même écran deux diapos avec deux projecteurs. Les noirs restent noirs et les blancs restent blancs.  
   
 
Incrustation   On mélange les effets Produit et Superposition. Les couleurs sont mélangées tout en préservant les tons clairs et les tons foncés de la couleur de base.  
   
 
    Comme dans les modes Produit et Superposition, on obtient le même résultat si on inverse la position des deux calques dans la pile.  
Lumière tamisée   C'est le même esprit que l'incrustation, mais en plus doux. Si la couleur de fusion (source lumineuse) contient moins de 50% de gris, l'image est éclaircie comme si elle était moins dense. Si la couleur de fusion contient plus de 50% de gris, l'image est obscurcie, comme si elle était plus dense.  
   
 
Teinte, couleur   La manière la plus simple de faire un virage coloré est via un calque de couleur unie, de le passer en mode Couleur ou Teinte et de diminuer son opacité.  
   
 
Luminosité   Ne prend en compte que la luminosité du calque supérieur, pas sa couleur. Surtout utile en fusionnant deux versions d'une même photo, ou en l'appliquant sur un calque de réglage. lci, le contraste adouci via le calque de réglage Courbes atténue la couleur en mode Normal, mais on la retrouve en mode Luminosité.  
   
 
    Les autres modes de fusion donnent des rendus moins photographiques, avec des transitions plus marquées entre les tonalités, des artefacts colorés, des couleurs plus saturées.  
   

La fusion en comparaison

 
    Un panneau un peu planqué va venir décupler la puissance des calques. Il s'agit des options de fusion, auquel on accède par le menu Calques > Styles de calques. On s'y retrouve directement en double-cliquant sur un calque. Cet ensemble de panneaux regroupe les effets d'ombres. de biseautage et autres ornements utiles en création graphique, mais le premier permet de personnaliser la fusion du calque avec les calques inférieurs. Il est divisé en trois cases. La première reprend le mode de fusion et son opacité. La deuxième donne accès à des options avancées, là encore plus d'usage graphique. La troisième est précieuse car elle permet de régler précisément sur quels pixels la fusion va s'effectuer. Prenons un exemple pour comprendre son usage. Pour donner une touche fantastique à ce coucher de soleil, je souhaite, au détriment sans doute d'un réalisme astronomique, ajouter une pleine lune photographiée ailleurs. celle-ci est extraite d'une photo, recadrée dans un carré sur fond de nuit. Je glisse la lune sur la photo, créant ainsi un nouveau calque.  
   
 
    Je le passe en mode Lumière tamisée pour que la fusion soit plus douce. Pour faire disparaître le noir de la nuit, je vais choisir d'exclure les pixels sombres de cette fusion. Sur le curseur "Ce calque" je déplace la flèche noire vers le centre et l'on voit disparaître les pixels plus foncés autour de la lune. Pour avoir une transition plus subtile et effacer le halo autour de la lune, il faut séparer la flèche noire en deux en cliquant sur ait (Mac) ou ctrl (PC). Entre les deux parties de la flèche. la visibilité sera progressive. Maintenant je veux glisser la lune derrière l'arbre, il faut donc la masquer partiellement. La manip est identique sur le curseur "Calque du dessous" : la fusion ne s'appliquera pas sur les pixels sombres de l'image de fond. Pour un résultat similaire. on aurait pu masquer et détourer à grand-peine la lune suivant la silhouette des arbres; mais ici le résultat est instantané et beaucoup plus propre. Et si je veux repositionner la lune, pas de problème !  
   

Le mode de fusion choisi est Lumière tamisée car cette fusion est plus douce, la lune paraît moins plaquée qu'avec le mode Normal. Il laisse passer le fond de l'image mais ce n'est pas gênant car le ciel est peu marqué et dans la tonalité. Pour arriver é la version définitive, j'ai dupliqué ce calque de la lune, et passé l'opacité à 30%, juste assez pour la renforcer sans qu'elle soit trop marquée.

 
   

Calques et modes de fusion pour des réglages fins

 
    Si ces modes. trouvent leurs applications dans les montages de plusieurs images, ils sont également très intéressants quand on mélange plusieurs versions de la même photo. Voici un exemple simple de l'utilisation de divers modes de fusion pour améliorer une photo.  
   
 
    Je veux donner dans cette photo plus de punch aux chevaux, renforçant la puissance qu'ils dégagent. J'ai dupliqué l'arrière-plan et travaillé sur le renforcement du contraste et de la netteté, en poussant ces corrections un peu trop loin, dans une esthétique type HDR. Bien que trop irréaliste, c'est un bon point de départ, que je vais chercher à moduler. La première étape est de masquer le décor pour n'appliquer l'effet qu'aux chevaux et pas au pré ni aux arbres à l'arrière-plan, à l'aide. d'un masque. Je vais ensuite essayer plusieurs modes de fusion, qui vont chacun donner des résultats subtilement différents.  
    Original
Les chevaux devraient être plus nets.
 
    Renforcement
Le traitement fait ressortir tous les détails mais c'est trop, et le résultat est assez dur.
 
   
 
    Masquage du fond
Toute la netteté sur la végétation distrait du sujet principal. Je la masque pour faire apparaître l'original. Le calque est en mode de fusion normale, on voit les chevaux de ce calque et la végétation du calque d'arrière-plane.
 
   
 
    Normal, opacité 60%
La netteté est moins violente car elle se mélange à l'image d'arrière-plan.
 
   
 
    Produit, opacité 40%
L'image est plus sombre à cause du mode produit, la netteté est proche du bon niveau.
 
   
 
    Lumière tamisée, opacité 50%
Bon niveau de netteté, mais la lumière est trop contrastée.
 
   
 
    Produit, opacité 50%
Sans fusion des pixels foncés : les tons clairs son! un plus sombres, mais les tons foncés ne sont pas touchés. Les flancs des chevaux ne sont pas aussi noirs que dans le mélange n°5.
 
   
 
    Luminosité, opacité 40%
Appliquée sur les pixels clairs de l'original : l'accentuation se sent bien sur les poitrails des chevaux, mais pas sur les flancs, et on obtient un contraste plus marqué que dans le mélange 7.
 
   
 
    Les solutions 7 et 8 sont les meilleures, l'une un peu plus dense et douce, l'autre un peu plus contrastée et nette.  
Astuce   la botte secrète  
    Quand on multiplie les calques avec des masques, des modes de fusion travaillés, des calques de réglages, il est parfois utile de travailler sur un calque qui fusionne l'ensemble du travail réalisé. Certes, on peut aplatir l'image (tout fusionner et envoyer à l'arrière-plan), ou fusionner tous les calques en un seul mais, dans ce cas, on perd toute possibilité de revenir en arrière pour intervenir sur un des calques. Il existe un raccourci, curieusement absent des menus, qui permet de créer un nouveau calque correspondant au mix qu'on a sous les yeux, qui vient s'empiler sur les calques existants : c'est MAJ-ALT-CMD-E sur Mac ou MAJ-ALT-CTRL-E sur PC. Précieux !  
       
  top Réponses Photo, no.262 - 2014-01-01