Bienvenue Arts Sciences Technologies Tutoriels Vrac  
  Astronomie Mathématique Physique Textes  
 
 

Groupe  :   Invité

les Sarto's > Bienvenue > Sciences > Univers > Aberration astronomique
 
    Aberration astronomique  
    noAuteur - noSource - 1970-01-01      
    Phénomène dû au fait que
la vitesse de la lumière (c) n'est pas infinie.
 
    Pendant que la lumière vient jusqu'à nous, la Terre s'est déplacée dans son mouvement autour du Soleil. La direction d'où semble provenir un rayon lumineux résulte alors de la combinaison entre la vitesse du mouvement de la Terre autour du Soleil et celle de la lumière.  
    L'aberration fut découverte par James Bradley en 1725 et expliqué par lui en 1729.  
    On considère cette découverte comme l'une des plus importante en astronomie.  
    Dans ses développements ultérieurs, elle a été essentiellement utile pour la découverte de la théorie de la relativité, car les effets observables de l'aberration sont dus à la vitesse de la Terre par rapport à celle de la lumière et à des changements de vitesse, et non à une vitesse absolue, en effet inconcevable.  
Aberration
annuelle des fixes
  Écart périodique entre la position apparente et la position réelle d'une étoile, dû au mouvement annuel de la Terre.  
    L'aberration annuelle se traduit par un mouvement apparent de l'étoile sur une petite ellipse dont le demi-grand axe atteint 20¨50 et dont le petit axe dépend des coordonnées écliptiques de l'étoile, c'est-à-dire de sa position par rapport au plan de l'orbite terrestre.  
 Aberration
de la lumière
  Angle entre la direction apparente et la direction vraie d'un objet en mouvement vu par un observateur.  
    L'écart est dû à la propagation à vitesse finie de la lumière; en effet, quand le rayon lumineux venant de l'étoile atteint l'observateur, celle-ci n'est plus qu'apparente (la Terre a bougé) dans la direction où elle se trouvait quand il en est parti.  
    L'écart est proportionnel à la vitesse relative de l'objet par rapport à l'observateur, projetée normalement à la direction de l'objet.  
    Il s'exprime en radians par le rapport entre cette vitesse projetée et la vitesse de propagation de la lumière.  
    Par exemple, pour un satellite artificiel doué d'une vitesse de 7 km/s normalement à la direction de visée, la correction d'aberration est égale à 7/300'000 = 0,000023 = 4¨7  
       
  top noSource - 1970-01-01