Bienvenue Arts Sciences Technologies Tutoriels Vrac  
  Astronomie Mathématique Physique Textes  
 
 

Groupe  :   Invité

les Sarto's > Bienvenue > Sciences > Univers > Huit icones de nos années Hubble
    Huit icones de nos années Hubble  
    David Fossé - Ciel & Espace no. 539, avril 2015 - 2015-04-01      
    En un quart de siècle passé sur orbite terrestre, le télescope spatial de la Nasa et l'ESA a révolutionné notre regard sur l' Univers.
Choisies pour leur qualité scientifique ou esthétique, ces huit images en témoignent.
 
1.   En 1995, Robert Williams décide d'utiliser 65% du temps d'observation dont il bénéficie sur Hubble, en tant que directeur du STSCI (Institut scientifique du télescope spatial), pour réaliser une seule image : celle d'une zone du ciel banale, et pas plus grandie que le chas d'une aiguille. D'une sensibilité inouïe, ce champ profond de Hubble (Hubble Deep Field) révèle ce que personne n'avait jamais vu : par milliers, les galaxies les plus lointaines de l'Univers, dans l'espace et dans le temps. Son successeur de 2014, le Hubble Ultra Deep Field fascine tout autant.  
   

Le Hubble Deep Field

 
2.   On peut broder sur l'intérêt scientifique de cette image. Le fait est que, avant tout elle nous émeut. L'astrophysicien Alain Lecavelier se souvient parfaitement du vertige qui l'a saisi la première fois qu'il a vu le coeur de la nébuleuse M 16 avec les yeux de Hubble. En 1995, grâce à son acuité exceptionnelle, le télescope en dévoilait des détails insoupçonnés aux astronomes. Le grand public, lui, découvrait que les étoiles naissent dans de vastes nuages de gaz. Ces immenses piliers célestes ont été photographiés de nouveau en 2014.  
   

Les Piliers de la Création

 
3.   Observer l'impact d'une comète sur une planète ? Cela semblait impossible… jusqu'à ce mois de juillet 1994. Comme tous les télescopes du monde, Hubble est pointé vers Jupiter pour assister au bombardement de la géante par la comète Shoemaker-Levy 9. Mieux qu'aucun autre, il voit les différents fragments du corps glacé qui percutent Jupiter, l'onde de choc qui se propage dans son atmosphère, et le panache en forme de champignon qui s'élève.  
   

Jupiter frappée par une comète

 
4.   De 2002 à 2004, le télescope spatial suit l'expansion apparente d'une nébuleuse autour de l'étoile géante rouge V838 Monocerotis, dans la constellation de la Licorne. IL s'agit d'un écho lumineux, autrement dit la propagation du brusque sursaut d'éclat de l'astre, qui illumine peu à peu son environnement de gaz et de poussières. Une fois de plus, Hubble donne à voir au plus grand nombre un phénomène inimaginable, proprement extraterrestre, distant de 20'000 années-lumière…  
   

L'étoile V838 Monocerotis

 
5.   Mille fois photographiée, la Tête de cheval est l'une de plus célèbres et des plus belles nébuleuses du ciel. En 2013, l'oeil infrarouge de Hubble parvient pourtant à la sublimer avec ce cliché, qui figure désormais parmi les plus connus du télescope. Cette nébuleuse est une excroissance du nuage moléculaire d'Orion, à 1'500 années-lumière de la Terre, qui s'érode sous l'effet du rayonnement ultraviolet de l'étoile Sigma Orionis.  
   

La Tête de cheval en infrarouge

 
6.   Il n'est pas nécessaire de comprendre cette image pour qu'elle nous fascine. Sa parfaite symétrie, ses teintes chatoyantes, suffisent à nous séduire. Là encore, la précision du regard de Hubble fait merveille. Mais quel spirographe a tracé ces lignes ? Une étoile qui meurt en se débarrassant de ses couches externes par saccades, tous les 1'500 ans, en donnant naissance à une splendide nébuleuse planétaire.  
   

La nébuleuse de l'Oeil de chat

 
7.   Un coeur d'où jaillit une lumière intense, une farandole de gaz et de poussières qui tranche en finesse dans un halo brillant : la photogénique galaxie du Sombrero (M 104) ne l'a jamais autant été que sur ce cliché de Hubble, daté de 2004. Située à 28 minions d'années-lumière, dans l'amas de galaxies de La Vierge, c'est une cible facile pour le télescope spatial, puisqu'elle atteint la magnitude 8. Il a tout de même fallu plus de 10h de temps de pose pour réaliser cette image marquante.  
   

La galaxie du Sombrero

 
8.   Pour Le 21e anniversaire de son lancement, l'équipe du télescope spatial diffuse en 2011 cette vue du groupe de galaxies en interaction Arp 273. On peut y contempler, à 300 millions d'années-lumière dans la constellation d'Andromède, le subtil ballet de deux galaxies spirales, déformées par leurs influences gravitationnelles respectives. Quatre ans plus tard, ce cliché tout en délicatesse s'est imposé comme l'une des images phares des années Hubble.  
   

Arp 273, la rose de Hubble

 
       
  top Ciel & Espace no. 539, avril 2015 - 2015-04-01